La gestion de l’offre

La gestion de l’offre est une approche de la production agricole unique au Canada qui profite aux producteurs, aux transformateurs et aux consommateurs canadiens. Les producteurs obtiennent une juste rémunération pour leurs produits, les transformateurs obtiennent un approvisionnement fiable en ingrédients bruts et les Canadiens reçoivent un choix stable d’excellent poulet de haute qualité à des prix raisonnables — le tout sans subventions gouvernementales.

Pour que cela soit possible, trois piliers essentiels d’égale importance doivent être maintenus : planification de la production, contrôle des importations et fixation des prix par les producteurs. Si l’un des piliers s’affaiblit, c’est l’ensemble de la gestion de l’offre qui s’affaiblit.

Pilier de la planification de la production

Dans un système de gestion de l’offre, les producteurs de poulet planifient leur production afin d’assurer une offre stable d’aliments de qualité qui reflète précisément les changements de la demande, empêchant des fluctuations soudaines de prix, qui peut être la conséquence de cycles d’expansion et de ralentissement qui sont courants en agriculture. Dans notre cas, nous veillons à produire la bonne quantité de poulet nécessaire afin de satisfaire la demande canadienne.

Dans le cadre de la planification de la production, nous utilisons un système de contingentement pour veiller à ce qu’il n’y ait pas de surplus ou de pénuries de poulet sur le marché. Les producteurs de poulet réglementés achètent des contingents afin d’élever du poulet qui sera par la suite vendu aux transformateurs. L’achat de contingents se rapproche beaucoup de l’achat de droits d’accès à l’enseigne, que ce soit à titre d’exploitant d’un restaurant ou de propriétaire de taxi : il s’agit d’un investissement dans la stabilité assuré par la gestion de l’offre. Alors que les producteurs qui menaient cette activité au moment de la mise en œuvre du système ont reçu des contingents, les nouveaux producteurs doivent acheter des contingents par l’entremise de leur office de commercialisation provincial. Bon nombre des offices de commercialisation provinciaux ont des programmes conçus précisément pour aider les nouveaux producteurs à se lancer dans le domaine.

Afin de maintenir l’offre de poulet, les administrateurs des PPC se réunissent toutes les huit semaines pour déterminer la quantité de poulet à produire. Ce volume est établi en fonction des demandes provinciales, des indications des intervenants de l’industrie, des forces du marché et de la quantité de poulet consommée par les Canadiens.

Pilier du contrôle des importations

L’équilibre entre l’offre et la demande des aliments permet aux Canadiens de compter sur des prix d’aliments stables et aux producteurs de vivre de l’agriculture. Cependant, cela n’est possible que dans la mesure où nous pouvons prévoir la quantité qui sera importée au pays. La prévisibilité des importations joue un rôle essentiel dans l’établissement de la quantité de poulet qui doit être produite à l’échelle nationale afin de satisfaire les besoins du pays.

À cette fin, nous avons besoin de contingents tarifaires ayant des tarifs douaniers hors contingents en vigueur afin de contrôler l’importation de produits de poulet sous toutes leurs formes.

Pilier de fixation des prix par les producteurs

Le troisième pilier, soit celui de la fixation des prix par les producteurs, est celui qui permet aux producteurs participant à la gestion de l’offre de recevoir un revenu stable pour leur travail acharné et de créer un secteur durable sans subventions.

Au Canada, nos producteurs de poulet négocient collectivement un prix minimal de production, c’est-à-dire ce qu’ils reçoivent lorsque leurs produits quittent la ferme, établi en fonction du coût de production. On ne doit pas confondre le prix à la production avec les prix de gros ou de détail puisqu’ils ne sont pas établis par les producteurs.

Qu’est-ce que la gestion de l’offre?

Quel rapport avec le commerce?