Nous sommes là pour vous : Un message des producteurs de poulet canadiens concernant la COVID-19

Les producteurs de poulet célèbrent la réduction de l’empreinte carbone et sont dédiés à rechercher sans cesse l’excellence

 Les producteurs ont terminé l’analyse du cycle de vie – et les nouvelles sont bonnes

Le 14 août 2018, Ottawa. – Compte tenu de la mesure de l’empreinte carbone moyenne du poulet à l’échelle mondiale, l’empreinte carbone du poulet canadien est parmi les plus faibles au monde.

Il s’agit d’un principal résultat issu d’une récente analyse du cycle de vie (ACV) menée par le Groupe AGÉCO, un cabinet de consultation spécialisé dans la responsabilité sociale des entreprises et les études économiques. L’étude a été conçue pour mesurer la performance environnementale et sociale du secteur du poulet au Canada, de l’œuf d’incubation à la transformation.

L’empreinte environnementale – principaux résultats

  • Depuis 1976, la performance environnementale s’est nettement améliorée en raison des gains importants en productivité et des améliorations importantes de l’indice de transformation.
  • Par kilogramme de protéine, l’empreinte carbone du poulet canadien est inférieure à celle des autres produits d’origine animale produits en Amérique du Nord selon l’évaluation réalisée par la FAO sur les émissions globales provenant du bétail.
  • Au cours des 40 dernières années, l’empreinte carbone du secteur a été réduite de 37 %.
  • La consommation d’eau a été réduite de 45 % au cours de la même période.
  • 62 % de l’énergie totale utilisée par le secteur provient de sources renouvelables, les aliments pour poulet représentant la plus grande partie de la consommation d’énergie renouvelable.

Performance sociale

Les producteurs canadiens de poulet s’engagent à respecter les exigences en matière de salubrité des aliments et des soins aux animaux : ils sont certifiés conformément aux programmes obligatoires Élevé par un producteur canadien – Programme de salubrité à la ferme (PSF) et Programme de soins aux animaux (PSA), qui font tous les deux l’objet d’un audit par un tiers.

Après avoir éliminé les antibiotiques de catégorie I (le plus important pour la médecine humaine) à la ferme, les producteurs canadiens se sont engagés à éliminer l’utilisation préventive des antibiotiques de catégorie II au plus tard à la fin de 2018 et on a établi un objectif pour éliminer l’utilisation préventive des antibiotiques de catégorie III au plus tard à la fin de 2020.

Permis social spécial : Plus de 90 % des producteurs canadiens de poulet sont engagés dans leur collectivité en offrant des services gratuits aux membres de la collectivité ou en participant aux activités des organismes municipaux ou régionaux.

Conditions de travail compétitives : Plus de 90 % des producteurs canadiens de poulet paient à leurs employés des salaires supérieurs au salaire minimum provincial et environ 70 % offrent à leurs employés des avantages sociaux comme l’assurance et des primes, en plus des avantages en nature.

Un engagement en faveur de l’amélioration continue

Pour les producteurs canadiens de poulet, la durabilité signifie la protection de la santé et du bien-être des animaux, assurer le bien-être des travailleurs et de la collectivité, préserver la santé de la terre des fermes canadiennes et contribuer à l’économie canadienne en assurant des aliments abordables aux Canadiens.

Benoît Fontaine, président des Producteurs de poulet du Canada affirme que « Sur le chemin de la durabilité, nous sommes en constante amélioration. Nous avons parcouru une longue route par la mise en œuvre de programmes à la ferme et la croissance de notre industrie qui contribue à l’économie canadienne et soutient les régions rurales. Cependant, nous aurons toujours plus de travail à accomplir et nous évoluerons sans cesse pour améliorer nos pratiques et répondre aux attentes des consommateurs canadiens. »

Contexte

Une ACV est une approche reconnue à l’échelle internationale pour évaluer les incidences liées à l’ensemble des étapes de la vie d’un produit – le poulet, dans ce cas. Il existe un protocole bien établi pour l’ACV assujettie à une méthodologie normalisée d’ISO. Les ACV peuvent aider une industrie à déterminer quels aspects de sa production sont plus efficaces et si elle peut améliorer l’efficacité, réduire les effets environnementaux et améliorer les interactions sociales dans l’ensemble de la chaîne de valeur.

L’ACV permet à l’industrie du poulet d’avoir des repères concernant son impact sur les changements climatiques, les ressources naturelles, la biodiversité et la qualité de l’écosystème, ainsi que la santé humaine, alors que l’ACV sociale lui permet d’avoir une évaluation qualitative de sa performance socioéconomique.

Réaliser une ACV fait partie de notre stratégie pour appuyer le travail de notre industrie visant à maintenir la confiance des consommateurs et des acheteurs à l’égard de la prise en compte rigoureuse des risques de la chaîne d’approvisionnement. Elle peut également améliorer le permis social de l’industrie et assurer davantage aux consommateurs que le poulet est salubre et produit d’une façon efficace et responsable.

Les gens s’intéressent beaucoup à leurs aliments, veulent connaître leur provenance et s’assurer que ce qu’ils servent à leurs familles et à leurs amis est de qualité supérieure; nos producteurs et leurs familles ne sont pas différents. Alors, lorsque nous disons que l’industrie canadienne du poulet est bonne pour les Canadiens, c’est parce que nous savons que nous élevons nos poulets selon les normes les plus élevées : les vôtres.

Pour plus d’information sur les résultats du ACV, venez voir notre nouvel infographie Une démarche en continue vers l’excellence en développement durable

www.poulet.ca | www.producteursdepoulet.ca

– 30 –

Pour plus d’information :
Marty Brett, agent principal des communications corporatives
613 566-5926
mbrett@poulet.ca