Nous sommes là pour vous : Un message des producteurs de poulet canadiens concernant la COVID-19

Durabilité

Faits saillants

À ce jour, le  Conseil de recherches avicoles du Canada (CRAC) a cofinancé au-delà de 60 projets de recherche en plus des 19 projets de la grappe actuelle.

Vous trouverez ci-dessous quelques-uns des principaux résultats de recherche produits à ce jour dans les domaines prioritaires ciblés dans la Stratégie nationale de recherche.

Viabilité économique

Élever des oiseaux sans antibiotiques entraîne une hausse du risque de contamination par des pathogènes avec un risque accru de développer l’entérite nécrotique, causée par la bactérie Clostridium perfringens. La professeure Martine Boulianne, titulaire de la Chaire en recherche avicole de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, a mené une étude commerciale à grande échelle visant à surveiller l’incidence du développement de l’entérite nécrotique dans les troupeaux de poulets à griller élevés sans antibiotiques. Cette étude à la ferme portant sur les poulets à griller a montré une hausse du coût de 10 cents par kilogramme pour le poulet produit sans antibiotiques comparativement au poulet élevé de la manière traditionnelle.

(Source : Canadian Poultry Magazine, mai 2017)

Génétique

Carl Lessard, Ph. D., chercheur d’Agriculture et Agroalimentaire Canada basé à l’Université de la Saskatchewan et conservateur du Programme canadien des ressources génétiques animales, mène une recherche sur la conservation et la régénération de races de poulet et de dindon au moyen de tissus gonadaux adultes. Le CRAC a financé une série de projets visant à examiner le potentiel de la cryoconservation du matériel génétique de la volaille, et ce projet en particulier s’inscrit dans la continuité de ce programme de recherche.

(Source : Canadian Poultry Magazine, mars 2015)

Salubrité alimentaire

Les probiotiques sont des microorganismes vivants qui, lorsqu’ils sont administrés en quantités suffisantes, ont un effet bénéfique sur la santé de l’hôte en améliorant l’équilibre microbien intestinal. Dans la production avicole, l’intérêt pour les probiotiques est attribuable au fait qu’ils pourraient être utilisés à titre de solution de rechange aux facteurs de croissance antibiotiques et de stratégie de contrôle de la colonisation des intestins par des microorganismes entériques qui causent des maladies d’origine alimentaire chez les humains, par exemple Salmonella. Le Dr Shayan Sharif et son équipe de recherche de l’Université de Guelph ont mis au point une formulation de probiotiques définie contenant plusieurs lactobacilles ayant la capacité d’améliorer les réponses immunitaires et de réduire le fardeau lié à Salmonella chez les poulets. L’objectif à long terme de cette recherche est d’élaborer des formulations de probiotiques pour les poulets qui seraient rentables et susceptibles d’accroître la production, de réduire la colonisation par des pathogènes d’origine alimentaire et d’améliorer la compétence immunitaire.

(Source : Canadian Poultry Magazine, février-mars 2016)

Produits de santé animale

Le CRAC a récemment financé un projet qui explorera une méthode fondée sur l’immunité innée pour la protection contre les maladies à titre de stratégie de rechange à l’utilisation des antimicrobiens. Le professeur Susantha Gomis de l’Université de la Saskatchewan étudie les effets d’une séquence caractéristique de l’ADN bactérien appelée motifs CpG pour induire ou activer l’immunité innée. La recherche a montré que les motifs CpG synthétiques, ou CpG-ODN, utilisés à titre de stimulant du système immunitaire sont capables de protéger les poussins nouveau-nés contre des infections bactériennes précises. La recherche actuellement menée par M. Gomis, Ph. D., permettra de mettre au point une méthode efficace d’administration intranasale des CpG-ODN à l’éclosion. L’approche de recherche consistera premièrement à élaborer un prototype d’administration intranasale des CpG-ODN aux poussins nouveau-nés. Ensuite, des essais seront menés sur le terrain afin de déterminer l’efficacité et l’innocuité.

(Source : Canadian Poultry Magazine, octobre 2016)

Santé de la volaille

La reproduction chez les reproducteurs de poulets à griller sera diminuée si leur croissance n’est pas limitée. En effet, les oiseaux dominants ont tendance à manger davantage et à présenter un excès de poids, alors que les oiseaux dominés demeurent sous leur poids cible, et une faible uniformité quant au poids au sein du troupeau peut mener à un faible succès de la reproduction. Un système d’alimentation de précision pour les reproducteurs de poulets à griller (SAPRPG) a été développé par Martin Zuidhof, Ph. D., de l’Université de l’Alberta. Le SAPRPG est un système de restriction alimentaire qui fournit de la moulée aux oiseaux sur une base individuelle en fonction de leur poids corporel en temps réel. Les études de validation montrent que mettre en œuvre le SAPRPG pourrait permettre de satisfaire les profils de poids corporel cibles des oiseaux et d’accroître l’uniformité au sein du troupeau, produisant ainsi des troupeaux qui répondront de manière uniforme à la photostimulation, une stratégie de gestion utilisée pour entamer la reproduction.

(Source : Canadian Poultry Magazine, avril 2017)

Bien-être de la volaille

Suresh Neethirajan, Ph. D., de l’Université de Guelph, met au point des essais diagnostiques rapides à utiliser dans les points de service, par exemple dans le poulailler, en vue d’identifier l’éclosion de maladies sans devoir attendre les résultats de l’analyse de laboratoire. Cette technologie améliorerait le bien-être de la volaille en réduisant le délai avant le traitement et la propagation de l’infection au sein d’un troupeau.

(Source : Canadian Poultry Magazine, juillet 2017)

Environnement

Bill Van Heyst, Ph. D., et son équipe de l’école d’ingénierie de l’Université de Guelph ont mené une étude visant à déterminer certains des impacts de la production avicole sur l’environnement. L’étude a examiné les concentrations intérieures et les émissions dans l’atmosphère d’une variété de contaminants atmosphériques issus de divers systèmes de production avicole. Les mesures incluaient les émissions atmosphériques issues des poulaillers et des installations d’entreposage de la litière, les émissions d’ammoniac issues de l’épandage de litière sur le sol et les pertes d’azote par les émissions dues au compostage des cadavres d’animaux. L’objectif global du projet était de produire des données scientifiques de qualité sur les émissions atmosphériques réelles du secteur de la volaille.

(Source : Canadian Poultry Magazine, octobre 2015)

Produits avicoles fonctionnels et novateurs

Les vaccins sont utilisés avec beaucoup de succès pour protéger la volaille d’une gamme de maladies, mais bon nombre présentent des désavantages. Les vaccins issus de virus vivants, par exemple, peuvent parfois entraîner des symptômes de la maladie qu’ils sont conçus pour prévenir. Les vaccins inactivés sont généralement plus sécuritaires, mais sont souvent moins efficaces. L’équipe de la Dre Éva Nagy à l’Université de Guelph développe des systèmes d’administration des vaccins qui exploitent la capacité naturelle d’un virus à livrer de l’information génétique dans les cellules biologiques. Plus particulièrement, les chercheurs travaillent avec une souche de l’adénovirus de la volaille (FAdV-9; une souche qui ne cause pas la maladie chez la volaille). L’équipe de la Dre Nagy et l’université tentent de perfectionner cette technologie et collaborent avec Avimex Animal Health pour la commercialiser.

(Source : Canadian Poultry Magazine, mai 2014)

Aliments pour la volaille

Les produits à base de levure peuvent aider les poulets à développer une réponse immunitaire plus efficace et rapide contre les maladies et pourraient rendre inutile le recours aux antimicrobiens traditionnels utilisés en production avicole. Telle est la conclusion d’une nouvelle étude de l’Université du Manitoba. Bogdan Slominski, Ph. D., dirige un programme de recherche lancé il y a de nombreuses années à l’université qui examine les effets sur la santé des animaux de technologies enzymatiques et d’ingrédients pour aliments novateurs. Dans l’étude actuelle, son équipe et lui ont analysé des drêches sèches de maïs/blé de distillerie avec solubles et un certain nombre de produits à base de levure et ont également testé plusieurs de ces produits afin de déterminer leur capacité à promouvoir la santé des poulets à griller.

(Source : Canadian Poultry Magazine, octobre 2014)