Du poulet combiné à 13 % d’autres ingrédients est étiqueté « mélange défini de spécialité » (MDS) et n’est pas considéré comme du poulet aux fins des contrôles d’importation. En d’autres mots, des produits contenant jusqu’à 87 % de chair de poulet sont généralement non sujets aux contrôles d’importation.

Quelques compagnies y ont vu une occasion de contourner les règles commerciales et créent explicitement de nouveaux MDS, en ajoutant de la sauce à une boîte d’ailes de poulet ou en emballant ensemble de façon créative deux produits distincts, comme de la pizza et des morceaux de poulet, dans la même boîte, afin d’importer encore plus de poulet au Canada. Ces produits sont créés délibérément dans le seul but de se soustraire aux contrôles d’importation.

De telles activités gênent la création d’emplois au Canada, affaiblissent l’économie canadienne et nuisent aux agriculteurs canadiens. Elles handicapent également la compétitivité des transformateurs canadiens qui observent les règles du jeu.

La solution est simple et sa mise en œuvre relève entièrement du ressort du gouvernement fédéral. Il suffit que celui-ci rétablisse dans la Liste tarifaire canadienne les exigences de sauce et de cuisson tel que négocié dans l’engagement du Canada à l’OMC.