Les règles commerciales sont essentielles pour maintenir les trois piliers fondamentaux de la gestion de l’offre : le prix à la production, la discipline de production et le contrôle des importations. Afin d’assurer la stabilité du marché pour tous les intervenants de la chaîne d’approvisionnement canadienne de poulet et de permettre d’élever une quantité suffisante de poulet en réponse aux besoins du marché canadien, le volume de produits importés doit être prévisible.

Le contrôle des importations, l’un des trois piliers de la gestion de l’offre, continue d’être mis à l’épreuve dans diverses pratiques :

Le Canada est un impoerateur net de viande de poulet. Les Canadiens préfèrent en général la viande blanche, les exportations du Canada sont constituées de viande brune. En 2016, le Canada a importé 193 millions de kilogrammes de poulet et exporté 165 millions kilogrammes.

Notre intérêt dans le commerce international est équilibré. Nous soutenons la position commerciale équilibrée du Canada qui vise des bénéfices en termes d’accès au marché pour les exportateurs canadiens, tout en préservant l’intégrité des systèmes de gestion de l’offre au Canada

Il est primordial que le gouvernement fédéral veille à ce que la gestion de l’offre de poulet soit préservée dans tous les accords commerciaux bilatéraux, régionaux ou multilatéraux. Que ce soit dans le cadre de l’OMC ou de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), nous restons fidèles à notre engagement à l’égard de l’accès au marché que nous offrons à titre de 17e importateur de poulet en importance au monde.

Le commerce international demeure un sujet sensible, nous continuons donc à travailler en collaboration avec nos collègues des secteurs de la volaille, des produits laitiers et des œufs aux niveaux national et provincial afin de suivre de très près toutes ces initiatives.