Suivent maintenant quelques faits saillants des résultats de recherche obtenus jusqu’à présent dans les secteurs prioritaires dégagés dans la Stratégie nationale de recherche.

Génétique

La forte pression sélective sur les races de volaille a réduit considérablement le patrimoine génétique disponible aux producteurs. Le Dr Fred Silversides et son équipe de recherche ont travaillé sur une façon de maintenir la variation génétique en optimisant la cryopréservation et la greffe des tissus gonadiques aviaires. Le projet, en plus de fournir un excellent modèle pour stocker les tissus gonadiques aviaires avec une méthode simple, suggère des orientations futures pour augmenter la tolérance à la greffe.

(Source : Canadian Poultry Magazine, décembre 2013)


Salubrité des aliments

Une équipe de recherche dirigée par Dre Christine Szymanski à l’Université de l’Alberta s’est consacrée à un projet visant à concevoir des « protéines sur mesure » pour combattre des pathogènes qui affectent les poulets. Leur recherche a identifié une protéine spécifique à la Salmonella Typhimurium qui, lorsqu’elle est administrée aux poulets à diverses doses, a réduit de façon significative la Salmonella dans le tractus intestinal, le foie et la rate des oiseaux. Alléger la charge bactérienne des poulets est important pour réduire la possibilité de contamination lors de la transformation. Les chercheurs ont déposé 2 demandes de brevet visant ces travaux et cherchent présentement des moyens de produire les protéines à l’échelle commerciale.

(Source : Canadian Poultry Magazine, mai 2012)


Produits de santé animale

Le CRAC a soutenu plusieurs projets de recherche conçus pour analyser la possibilité de stimuler l’immunité naturelle de la volaille comme façon de réduire le besoin d’antimicrobiens. L’un de ces projets est mené par le Dr Susantha Gomis à l’Université de la Saskatchewan. Son équipe de recherche étudie des molécules, appelées CpG-ODN, et leur capacité de stimuler le système immunitaire inné des poulets. Les travaux du Dr Gomis ont démontré que ces molécules, injectées dans l’œuf, protégeaient le poussin des infections à l’E. Coli et à la Salmonella Typhimurium. Le CRAC continuera à financer cette recherche jusqu’à la commercialisation. L’équipe de recherche examine actuellement un meilleur système de livraison de la molécule, alors qu’elle se prépare à commercialiser la technologie au profit de l’industrie.

(Source : Canadian Poultry Magazine, février 2012)


Santé de la volaille

L’information provenant des projets cofinancés par le CRAC contribue directement au développement continu de nombreuses nouvelles technologies de vaccins. Par exemple, Dre Éva Nagy et son équipe de recherche à l’Université de Guelph ont mis au point une technique pour produire les antigènes des virus de la grippe aviaire et de la maladie de Newcastle afin de protéger les oiseaux de ces maladies et d’autres, tout en évitant les risques posés par l’usage de vaccins vivants. Ce programme de recherche a traversé toutes les étapes, de la découverte à la commercialisation. Pour élaborer cette technologie à l’intention de l’industrie, Dre Nagy a travaillé avec la compagnie Avimex, qui produit des vaccins et des produits pharmaceutiques destinés à la volaille. Avimex est persuadée que la plateforme technologique de Dre Nagy sera couronnée de succès et procède à son enregistrement et à l’augmentation de la production.

(Source : Canadian Poultry Magazine, mai 2014)


Bien-être de la volaille

Le Dr Trever Crowe et son équipe de recherche à l’Université de la Saskatchewan ont exploré des moyens d’améliorer le bien-être des poulets à griller et la qualité de leur viande durant le transport. Leur recherche démontre le potentiel pour la ventilation active d’améliorer les conditions de transport par temps froid. La stratégie, semblable à celle des poulaillers abritant ce type d’oiseaux, consiste à sceller le chargement de façon relativement hermétique avec des bâches et à utiliser des ventilateurs d’évacuation faisant entrer de l’air frais et sec en plusieurs endroits du chargement. À mesure que l’air entrant se réchauffe, il peut retenir plus d’humidité et il est évacué par les ventilateurs avec l’excès d’humidité. Il en résulte un courant d’air qui équilibre les températures extrêmes et qui élimine l’excès d’humidité, que le camion se déplace ou qu’il soit arrêté dans l’heure de pointe. La recherche continue fournit à l’industrie des informations pouvant servir à améliorer constamment les conditions de transport de la volaille.

(Source : Canadian Poultry Magazine, janvier 2013)


Environnement

Le Dr Shiv Prasher et son équipe de recherche à l’Université McGill ont travaillé à un projet pour réduire la pollution causée par les produits pharmaceutiques vétérinaires (PPV) qui s’écoulent du fumier de volaille. Les chercheurs ont découvert que les PPV variaient quant à leur persistance dans le sol et à la vitesse où ils atteignent l’eau souterraine. On espère que les données recueillies durant les travaux continus permettront d’élaborer des pratiques exemplaires conçues pour minimiser les effets nocifs des PPV sur l’environnement.

(Source : Canadian Poultry Magazine, juillet 2008)


Produits avicoles fonctionnels et novateurs

Les poules pondeuses de postproduction sont habituellement transformées en produits alimentaires comme des soupes et des viandes surtransformées, mais ce marché a connu une baisse. La recherche du Dr Jianping Wu de l’Université de l’Alberta avait pour but d’augmenter la valeur des poules de réforme et de développer un moyen plus durable pour en disposer. Les chercheurs ont modifié une méthode existante d’extraction des protéines des carcasses de poules de réforme afin de produire un adhésif protéique qui pourrait être vendu et utilisé commercialement en tant que sous-produit de volaille utile. Une demande de brevet a été déposée suite aux résultats de ces travaux.


Aliments pour la volaille

La production d’éthanol pourrait provoquer une pression à la hausse du prix des grains servant habituellement à nourrir les poulets à griller. Il faut donc faire des recherches pour évaluer la possibilité d’aliments pour animaux moins chers qui pourraient servir à réduire les coûts de production pour les producteurs de poulets à griller. Le Dr Derek Anderson et son équipe au Collège agricole de la Nouvelle-Écosse s’affairent actuellement à déterminer la valeur nutritive et les effets sur le rendement des poulets à griller des régimes contenant des repas pressés à froid de canola, de soya, de caméline et de carinata.